Rechercher
  • Christophe BICHON

Le compostage direct: un sol plus riche en fournissant moins d'efforts!

Mais avant toute chose, qu'est-ce que le compostage direct? Le compostage direct, c'est ne pas mettre tous ses déchets verts (notamment ses déchets de cuisine, ses tontes de pelouse, ses déchets de jardinage,...) dans un composteur ou un tas de compost traditionnel pour plutôt les mettre au contact du sol, idéalement sous un paillage, pour que la matière organique intègre rapidement le sol. Concrètement, depuis des années, je ne fais plus de tas de compost dans mon jardin. Il y a toujours des parties de mon jardin qui sont paillées. Le seul moment où j'enlève du paillage (pas partout non plus), c'est au printemps, quand je veux que la terre se réchauffe et que les auxiliaires viennent récupérer limaces, escargots et autres parasites qui ont pu se réfugier et proliférer sous le paillage pendant l'hiver. J'incorpore de cette manière tous nos déchets de cuisine (famille de 6) sous le paillage. L'essentiel du paillage de notre potager consiste en vieux foin et en tontes de pelouse. Concrètement, il suffit d'écarter le paillage pour mettre les déchets dessous en fines couches (pour éviter un pourrissement, ou des fermentations excessives) puis de recouvrir du paillage qui a été enlevé précédemment. Quand je parle de paillage, je pars sur une épaisseur minimum de 5 cm mais je vise plutôt les 10 à 15 cm voire 20 cm pendant l'hiver et en été pour les cultures qui peuvent le supporter. En procédant de la sorte, non seulement vous allez vous épargner les inconvénients de la gestion d'un tas de compost (le retourner, le transférer, le tamiser...) mais vous allez aussi gagner en terme de richesse des apports. En effet, un compostage en tas perd une partie de sa valeur à nourrir les décomposeurs ou à fermenter (chauffer). En le mettant sous le paillage, il est directement disponible au micro-organismes du sol. Les pertes de nutriments sont minimes. Pour la même quantité de déchets végétaux vous nourrissez mieux votre sol. Tout comme pour le compost en tas ou en composteur, on ne met pas les déchets carnés et on s'assure de garder un bon équilibre entre déchets verts et déchets bruns. Pour cela, il suffit de mettre une couche pas trop épaisse de déchets verts sous le paillage (déchets bruns). Si vous n'avez jamais pratiqué ce type de compostage, vous serez surpris à quelle vitesse se décompose vos déchets, et ce, même en hiver (même si cela sera plus long qu'en été). À cette saison, les déchets verts s'intègrent au sol en une ou deux semaines sous un paillage épais couvrant un sol assez humide. Seuls les morceaux les plus durs (coquille d'œufs, queue de courgettes, côtes de feuilles de chou,...) prendront plus de temps mais finiront bien par disparaître.


De la même manière, vous pouvez intégrer vos tailles d'arbustes que vous aurez passé préalablement en tondeuse dans votre paillage ou encore tous vos résidus de récolte qui peuvent être intégrés au paillage directement sur le lieu de récolte (adieu, transport en brouette jusqu'au fond du jardin!). Bien évidemment, on évitera d'y intégrer des pieds de tomates qui auraient été atteints par le mildiou, par exemple, pour éviter de se retrouver avec les mêmes problèmes l'année suivante... Pour des raisons d'esthétique, je mets toujours ses déchets sous mon paillage car j'aime le côté uniforme de mon paillage qui met bien en valeur les légumes et les fleurs que je plante au travers. Mais j'ai pu voir dans certains jardins des personnes que je forme ou conseille que leurs propriétaires sont à l'aise avec l'idée de laisser leurs déchets de cuisine et les résidus de jardin à la surface de leur paillage. Personnellement, cela me gêne d'un point de vue esthétique (mais chacun met le curseur où il veut) et je trouve que c'est dommage de perdre la valeur du déchet vert qui pourrait nourrir le sol de cette manière car au contact de l'air et sous le soleil il devient vite un déchet brun (moins nourissant). Vous pouvez pousser le plaisir à rajouter sous votre paillage des plantes sauvages particulièrement intéressantes pour le jardin en évitant de les mettre au moment où elles sont en graines (ortie, consoude, prêle...). Alors, selon vos besoins cela peut être quand même intéressant de faire un tas de compost si vous le désirez parce que le compost est très intéressant lors des plantations et semis pour cibler les cultures qui en ont plus besoin. Personnellement, j'ai accès à une grande quantité de fumier de cheval bien décomposé chez mon voisin et je nourris mon sol de de cette manière.

273 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout